AU JARDIN D\'UNE PLUME

AU JARDIN D\'UNE PLUME

Endroits en vers 1

 

Lormont1990

 

Patchworks de bruits.

Ici, les immeubles répètent

Leurs refrains de fenêtres.

Autour, des enfants piaillent.

Là, les ruelles font des gammes

Quand les vieilles pierres

Leur racontent leur histoire…

Un train lance son cri…

Et on cisèle les sons

Au bord du Bois Fleuri.

 

Patchworks de couleurs.

Les châteaux sont des phares

Où l’on savoure les formes

Les teintes, les lumières

Et les mots, page à page.

Tandis que des blancs et des noirs

Font d’inlassables parties d’échecs

Et cherchent de l’espoir

A l’intérieur des seringues.

 

Patchworks de vies.

Des jeunes cueillent le savoir

Au verger de Montaigne

Ou parmi les iris.

D’autres crissent,

Largués par les études

Ou se lancent des ballons,

Pont entre des solitudes.

Dans les HLM,

Couscous et riz chinois,

Thé à la menthe et verre de rouge,

Douleur et joie

Se mêlent au quotidien.

 

Les pieds dans la Garonne,

L’alose entre les orteils

Lormont coud des patchworks…

 

C’est un tableau

 Qui ne paie pas de mine.

 

Sur fond papier journal

Titré drogue, faim et vol,

De grands blocs laids

Percés de couleurs variées

Et avariées.

 

Les bâtiments

De ma banlieue

Voguent dans la nuit.

Vitesse 0 lieux.

 

Mais au premier plan,

Un enfant rit.

 

 

Les maisons sont des visages,

Elles s’embellissent

A regarder passer les jours.

Rides dans le calcaire.

Pattes d’oie au coin des fenêtres.

Ecriture de la vie.

 

Celle qui les connaît bien

C’est la rue

Qui se frotte à leurs murs

Comme un chat,

C’est la rue

Qui fait le trottoir

Devant chacune.

 

Tendre écharpe noire

Au cou des sourires de pierres.

 

 

 

 

 

Ombre caressante de la branche

Hanche blanche du muret

Réchauffé de glycines sucrées

Crépitements de jeunes pâquerettes

Etirement du lombric sur l’argile

Agilité du lierre sur le tronc

Rondeur des senteurs herbacées

Acérées et acides

Idylle entre un lilas et un oiseau

Haussement d’un lys épuré

Référence du saule pleureur

Heurts des épines et de la douce rose

Rosée sur la joue des feuilles…

 

Le jardin est un recueil

De sensuels entrelacs.

Envie de briser les enchevêtrements

Et d’écrire un poème

Pour chaque fragment.

 



07/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres