AU JARDIN D\'UNE PLUME

AU JARDIN D\'UNE PLUME

LE BANC DU PARC

 

 

 

 

 

 

banc vieille2.jpg

 

  

Elle assoit sa flétrissure

sur le bout de sa présence

comme une feuille morte

se pose sur le sol.

Elle regarde juste

le temps qui passe.

Les pigeons viennent

picorer sa lassitude.

 

Ce n'est qu'une note

sur la portée du banc.

 

 

 

banc maman.jpg

 

Elle suit des yeux

son enfant soleil

parmi les papillons

s'envolant

sur les balançoires,

gravissant les barreaux

vers le ciel ...

L'insouciance pétille

dans l'aire de jeux.

 

Et elle sourit.

 

 

 

 

banc myosotis2.jpg

 

Seule sur le banc

elle creuse la place

à côté d'elle

à la pelle des souvenirs.

Elle l'avait appelé Myosotis

car son cœur

était fleur bleue.

et ses yeux

en avaient la couleur

et la pétillance

quand il souriait.

Un forget me not

qu'elle avait cousu

avec un fil d'azur

dans ses pensées.

 

 

 

banc le lecteur.jpg

 

Le nez dans son livre,

il lève l'encre

pour un ailleurs.

Alentours, l'agitation

lui tappe sur l'épaule

Des moments de répis

le ramènent sur le banc .

 

Sa lecture est parsemée

de points de suspension

qui bougent autour de lui .

Il aime ce clapotis de la vie

quand il effeuille une histoire.

 


 

 

 

bancSDF2.jpg

Sur le banc, il dort

à la mauvaise étoile,

la tête sur son sac,

le corps patraque.

Sur son lit de misère,

il entrevoit

le petit jour

d'un rêve.

 

 

 

banc les amoureux.jpg

Assis côte à côte

main dans la main,

ils nouent

un pont des sourires .

Un morceau d'Eden

remplit leus yeux.

 

Le parc fleure

la douceur.

 

 

 

banc les copines.jpg

Elles gazouillent

sous le soleil

Les paroles

comme un ballon

passent

de l'une à l'autre.

Leur rire réveille

le gros chêne

somnolent.

 

Elles se mélangent

aux fleurs du printemps.

 

 

 

banc le poète.jpg

 

Calé au fond du banc,

il pêche des émotions

et en fait des mots

dont il couvre

le papier blanc.

La coccinelle

devient goutte de sang

pour abreuver l'amant

et la brindille

un cheveu de fille...

 

Il ramènera chez lui

la nature vivante

entre les pages

de son carnet.

 

 

 

 

banc attente2.jpg

Il l'attend.

Son pied toque la terre

déjà tassée.

Le temps lambine

le long des allées.

Son cœur répète

l'image

de celle

qui va venir.

 

Il est en apnée

dans la préface

de la lumière.

 

 

 

le banc début.jpg

 

Dans le chant végétal,

les bancs

sont des silences

entrouverts

pour accueillir

les histoires

et les rêves.

 

        Roseline.

 

Vous pouvez voir un diaporama créé à partir de ce poème  ICI

 

 



02/09/2014
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres